survielero

survielero
Blog régional de l'association Survie (Aude, Gard, Hérault,Lozère,Pyrénées-orientales)

mercredi 26 octobre 2016

Ouverture du procès en appel de Pascal Simbikangwa, condamné pour génocide

Le procès en appel de Pascal SIMBIKANGWA s’est ouvert mardi matin aux assises de Bobigny. Les médias ont dû se donner le mot: personne au rendez-vous, ou presque. Il est vrai que “le génocide des Tutsi au Rwanda n’intéresse personne“.

Survie partie civile dans le procès en appel de Simbikangwa : contre l’impunité des auteurs du génocide des Tutsi

En mars 2014, le premier procès d’un Rwandais accusé de génocide, Pascal Simbikangwa dit Safari, avait lieu à Paris. L’association Survie y était partie civile aux côtés d’autres associations (CPCR, FIDH, LDH, LICRA).
Le génocide des Tutsi au Rwanda a eu un profond impact sur notre association et l’a orientée vers une dénonciation sans équivoque du soutien criminel qu’apportent les autorités françaises aux dictatures africaines. En 1993, un an avant le génocide, une commission internationale à laquelle participait le président de Survie de l’époque, Jean Carbonare, alertait les responsables politiques français des massacres déjà perpétrés contre les Tutsi et du risque de génocide. Mais l’exécutif, en dehors de tout contrôle parlementaire, a préféré continuer de soutenir le camp des extrémistes Hutu.
Dès 1995, des plaintes avec constitution de partie civile ont été déposées par des membres de l’association contre des présumés génocidaires réfugiés en France. Par la suite, Survie a modifié ses statuts pour pouvoir ester en justice en son nom propre.
Lutter contre l’impunité est en effet essentiel pour empêcher qu’un génocide ne se retrouve banalisé et tombe dans l’oubli, mais surtout pour empêcher qu’un tel drame puisse se reproduire.
Après les procès en Belgique et la création en France du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda – CPCR – les dossiers ont été étoffés et d’autres plaintes ont été déposées dans notre pays. La création du Pôle d’instruction contre les crimes contre l’Humanité et les crimes de génocide, qui compte plusieurs magistrats, greffiers et enquêteurs dédiés, permet enfin une avancée sur des dossiers dormant parfois depuis des années : présumés génocidaires réfugiés en France, plaintes contre des militaires français de l’opération Turquoise, plaintes déposées plus récemment par l’association, contre Paul Barril et au sujet des livraisons d’armes par la France pendant le génocide [1].
Pascal Simbikangwa, ancien officier des services de renseignement, appartenait au premier cercle du pouvoir rwandais. Il a été arrêté à Mayotte en 2008 dans le cadre d’une enquête pour falsification de documents administratifs, alors qu’une fiche Interpol existait contre lui pour une accusation de génocide. Son extradition vers le Rwanda a été rejetée et c’est donc en France que ce cadre du génocide a été jugé et condamné le 14 mars 2014 à 25 ans de réclusion criminelle par la Cour d’Assises de Paris pour « crime de génocide et complicité de crime contre l’humanité, pratique massive et systématique d’exécutions sommaires pour des motifs idéologiques et en exécution d’un plan concerté contre un groupe de population civile ».

mercredi 21 septembre 2016

Marches nationales pour la Paix du 24 septembre

Le 24 septembre, en Marche pour la Paix !


Pour exprimer notre volonté de vivre en paix dans un monde de Solidarité, de Justice, de Fraternité

marchespourlapaix2016-WolinskiEn marche pour la paix – Stop la guerre – Stop les violences

L’aspiration des peuples à vivre ensemble en paix dans la solidarité, la justice et la fraternité est immense.
Nous sommes persuadés qu’aucune de nos différences de convictions, d’appartenance ou de sensibilités philosophiques, politiques, religieuses, syndicales ou autres ne doit faire obstacle à l’expression de cette aspiration commune.
Nous sommes révoltés face à l’augmentation incessante des dépenses militaires qui sont passées de 1144 milliards de dollars en 2001 à 1773 milliards en 2015 (Sipri en USD taux de change 2014) et favorisent un commerce des armes immoral et dangereux, alors que le budget des Nations Unies pour les opérations de paix est de seulement 8,7 milliards et que la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des moyens importants tout comme la réalisation des Objectifs du Développement Durable (ODD).
 MarchepourlaPAIX-17Villes

lundi 5 septembre 2016

Gabun: Frankreich mahnt zur Ruhe nach 50 Jahren Unterstützung des Bongoregimes

Pressemitteilung von Survie, 1-9-2016   
Die gabunische Präsidentschaftswahl fand am Samstag, den 27. August, statt. Während es so aussah, als hätte Ali Bongo die Wahl verloren, so hat er nach der Bekanntmachung der Wahlergebnisse von Seiten der Opposition, wie schon im Jahre 2009 entschieden, sich mit Gewalt durchzusetzen. Seit Mittwochabend wurden verschiedene Veranstaltungen von den militärischen und polizeilichen Streitkräften mit Gewalt niedergeschlagen. Auch wenn man im Moment nicht in der Lage ist, die Anzahl der Toten zu ermitteln, wegen der Bewegungseinschränkungen einher mit der Unterbrechung der Internetverbindung ist es auf jeden Fall klar, dass Ali Bongo sich keinesfalls darauf beschränkt, Tränengas einzusetzen. Er lässt vielmehr mit scharfer Munition und auch mit schweren Waffen und von den Helikoptern aus auf seine Bevölkerung schießen. 

Gabón: Francia llama a la calma tras 50 años de apoyo al régimen de Bongo

Comunicado de Survie, 1/9/2016
 Las elecciones presidenciales en Gabón tuvieron lugar el sábado 27 de agosto. Ali Bongo, que parece haber perdido los comicios según los resultados comunicados por la oposición a la salida de las urnas, ha decidido, al igual que en 2009, imponerse por la fuerza. Desde el miércoles por la tarde, fuerzas militares y policiales han reprimido violentamente diferentes manifestaciones. Aunque por el momento es imposible determinar el número de muertos debido a restricciones en los desplazamientos y el corte de internet, es un hecho que Ali Bongo no se ha limitado a los gases lacrimógenos sino que también ha ordenado que se dispare a la población con munición real y con armas pesadas desde helicópteros.

Gabon: France calls for calm after 50 years of support to the Bongo regime

Press release by Survie, 1/9/2016
Voting for the presidential election in Gabon took place on Saturday 27th August. While Ali Bongo seems to have lost the election, according to results produced by the opposition at the exit polls, he decided, as in 2009, to impose himself by force. Since Wednesday evening, various events were violently suppressed by military and police forces. If the death toll is impossible to determine at this time because of movement restrictions coupled with Internet blackouts, it turns out that Ali Bongo doesn't just use to tear gas but orders to use live ammunition as well as heavy weaponry, shooting from helicopters.
Read more

Gabon: la Francia lancia un appello alla calma dopo mezzo secolo di sostegno al regime Bongo

Comunicato di Survie, 1/9/2016
Il voto per l’elezione presidenziale in Gabon ha avuto luogo questo sabato, 27 agosto. Mentre sembrava che Ali Bongo avesse perso le elezioni, dopo i risultati prodotti dall’opposizione all’uscita dalle urne, come nel 2009 ha deciso di imporsi con la forza. Da mercoledì sera, diverse manifestazioni sono state represse con violenza dalle forze militari e di polizia. Anche se per il momento non si riesce a stabilire il numero di morti, viste le restrizioni di movimento e l’interruzione del collegamento internet, si è comunque accertato che Ali Bongo non si limita affatto ai gas lacrimogeni, ma fa sparare sulla sua popolazione con proiettili veri e anche con armi pesanti e dagli elicotteri. 
Continua a leggere